Vers un meilleur à-venir

Décembre 2020

Qui sont ces valeureux marins solitaires qui partent faire le tour du monde ?

Des Sables, ils vont se mêler aux embruns, à l’écume, aux creux des déferlantes, aux grains, affronter les périls et les avaries, puis ils reviendront aux Sables…

Du premier au dernier, lorsqu’ils se retrouvent au cœur de la tourmente, leur navire n’est plus qu’une petite coque de noix sur un océan bouleversant…

La veille à la barre demande au cap-hornier vigilance, force et courage tandis qu’il observe la course désordonnée des vents, des courants…

Il va lui falloir de la persévérance et de l’endurance pour garder le cap tandis que, fier et humble sous les étoiles, en dépit des éléments, il poursuit sa route.

La houle efface très vite la trace de leur passage, mais le respect et la solidarité qui lient chacun de ces capitaines aux autres timoniers forcent l’admiration de chacun.

À quai, dans les champs, les gares, les usines ou en costume trois pièces, quelle que soit la saison et les tempêtes folles, rappelons-nous la dignité de ces navigateurs pour dire notre humanité et faire briller, au fond de notre être, le diamant qui fait notre unicité et notre richesse.

Embarqués sur l’océan de la vie, parfois sans compas ni boussole, nous traçons notre propre voie !

Multitudes sous les cieux, minuscules curieux, mais si lumineux dès que le regard reflète la bonté de l’âme !

En cette fin d’année, je vous souhaite un meilleur à-venir !

Perceval

fleurs de prunier

Décembre en 20

Forêt1 03-12-2020

 

Du sol, où gisent maintenant de nombreuses feuilles, à l’azur plus fébrile, l’arbre déploie

sa ramure, guide notre regard, et le ramène au plus intime de nous-mêmes

pour faire frissonner notre nature.

Dépouillé, mais conservant encore quelques ors fragiles, il tient tête aux éléments

et affirme sa droiture sur des cieux de plus en plus changeants, odieux, frileux ou capricieux.

Il capte les derniers rayons chaleureux d’une année malmenée et nous invite,

au tournant de la vie, à vivre pleinement le jour dans toute sa beauté.

Quant au sentier brodé d’écus, il sent bon l’automne qui s’envole et,

dans sa pénombre, laisse encore pénétrer le rêve d’un été tout doux.

Quelle que soit la couleur du Canson, Dame nature sait choisir ses crayons

pour y faire rayonner la vie !

A très bientôt,